PARTICIPER A NOTRE ACTION : RECOURS 2019

Les élus sont-ils les seuls à ignorer que les vagues de canicule en ville menacent gravement la santé de dizaine de millions de personnes ? Pourquoi n'incluent-ils pas la revitalisation de l'Île Seguin dans leurs plants climat respectifs ?

Pourquoi ne soumettent-ils pas au Grand débat l'écocide de l'Île Seguin ?

En 2019,la vingtaine de recours en justice de 2013 et 2016 devrait , enfin, être jugée mais  seule UNE MOBILISATION RENFORCEE pourrait permettre d'obtenir l'évaluation environnementale quatre saisons, les études de sécurité et de circulation- attendues depuis 2008 - !

DONNER LA PRIORITE AU RESPECT DES HOMMES ET DE LEUR ENVIRONNEMENT. Voilà L'URGENCE !

Pour ce juste combat, rejoignez les requérants : Déposez un RECOURS EN INTERVENTION : Contactez-nous pour y procéder, écrivez-nous à : collectifvuesurileseguin@orange.fr

Unissez votre voix à celle des 47 000 signataires de la pétition : "Créez une île verte à Paris" Faisons ensemble de l'Île Seguin, UNE ÎLE VERTE accueillant le premier Centre mondial de révitalisation de la Planète et ses ateliers du développement durable.

Au lieu de spéculer à court terme, misons sur le respect de générations futures.

Recours 2019 contre le PLU 2018 de Boulogne-Billancourt confié au cabinet de Maître Corinne Lepage

Historique

De 2013 à 2019 : 

deux recours en attente de jugement !

En 1996, la démolition des usines Renault a libéré l’espace de l’Ile et a permis de révéler le paysage ouvert de cette boucle de la Seine offrant sur l’Ile Seguin, la vue unique du fleuve lové dans la courbe du coteau et appuyé sur la densité urbaine de Boulogne-Billancourt.

 Dès lors, l’abandon définitif des tours s’imposait à toute personne de bon sens, ce qu’a reconnu le maire de Boulogne-Billancourt lors de la récente concertation de 2015.

 Depuis le jugement du tribunal administratif du 9 juillet 2013, le collectif - en cohérence avec sa démarche de respect du droit et de l’environnement - a été dans l’obligation de déposer deux autres recours gracieux puis contentieux puisque les élus des communes voisines demeuraient passifs et que la municipalité de Boulogne-Billancourt, craignant la censure du PLU de 2011 par le tribunal administratif, avait anticipé ce jugement dès le 4 juillet 2013 en proposant un nouveau PLU :

1 - En décembre 2013, à la suite du rejet d’un second recours gracieux, le collectif de riverains s’est vu contraint d’intenter un deuxième recours contentieux contre la délibération du 4 juillet 2013 emportant la mise en compatibilité du PLU de 2004, révisé en 2011, pour éviter la construction de 225 000 m2 de béton incluant une quadruple tour siamoise de 146 m de haut à l’amont de l’Ile, dominant les coteaux de Meudon (89m) ;

2 - A la suite du rejet d’un troisième recours gracieux présenté en juin 2015, le collectif de riverains s’est vu contraint d’intenter un troisième recours contentieux contre la délibération du conseil municipal de Boulogne-Billancourt en date du 10 décembre 2015, emportant la mise en compatibilité du PLU de 2004 révisé en 2011 – mais annulé en juillet 2013 qui aurait permis une opération d’aménagement sur la pointe amont de l'Ile Seguin afin d’éviter un empilement de containers en béton renfermant des œuvres d’art non accessibles au public.

De 2015 à 2017, le département des Hauts de Seine a édifié la Seine Musicale sur la pointe aval de l’ile Seguin après avoir acquis environ deux hectares de terrain, pour un euro symbolique, à La ville de Boulogne-Billancourt.

Au dernier trimestre de l’année 2016, la municipalité de Boulogne-Billancourt a souhaité lancer une procédure de conciliation avec les associations et les riverains de l’Ile Seguin dont ceux groupés au sein du « collectif vue sur l’Ile Seguin »

Cependant au cours de la même période, la municipalité de Boulogne-Billancourt a continué à avancer ses projets urbanistiques toujours au mépris du droit et de l’environnement en accordant deux permis de construire portant sur 35 000 m2 (un hôtel, un multiplex de cinéma, une galerie d’art) sur la pointe amont de l’Ile Seguin (lots S17 et S18) débitant subrepticement l’Ile verte en grises tranches de béton

Plus de quatre ans après, en février 2018, ce contentieux n’a fait l’objet d’aucun jugement du tribunal administratif de Cergy-Pontoise. qui, au cours de l’été 2017, a dû enjoindre à la ville de Boulogne-Billancourt à produire des conclusions en réponse.

En vain pour l'instant.

5 décembre 2018 :

Un tsunami de béton menace l'Ile Seguin d'axphysie

Au terme de deux années de médiation*, seules trois associations de défense de l'environnement et un habitant de Boulogne-Billancourt sur 24 requêrants - contre le PLU 2013 de Boulogne-Billancourt - ont accepté de renoncer à leur courageux combat, alors qu'un tsunami de béton menace l'Île Seguin ( 230 000 m2 de plancher sans aucun logement et une tour de 96 m de hauteur ) défigurant à jamais un îlot de fraîcheur vitale pour les générations futures de l'Île-de-France.

  Les 20 recours en justice de 2013 vont être désormais jugés rapidement et l'évaluation environnementale quatre saisons - attendue depuis 2011 - va enfin pouvoir être menée, sans oublier les études de sécurité et de circulation qui sauvegarderaient la vie quotidienne de chacun.

Le PLU  2018 en cours d'élaboration sera-t-il exempt de tout vice juridique ?

* fin de la médiation avec les requêrants le 26 novembre 2018

article du 27 novembre 2018 le journal du Parlement

Non à la bétonnisation du reste de l'Ile : ci-dessus le projet du Campus Bolloré

12 mars 2019:

PLU 2018 attaqué

NON A LA DESINFORMATION ! NON A L'ECOCIDE ! 

L'ILE SEGUIN, ILOT DE FRAICHEUR EST PLUS QUE JAMAIS MENACE !

 Au terme de deux années de médiation - dont une seule effective - lancée par la mairie de BoulogneBillancourt, seules 3 associations de défense de l'environnement et un habitant de Boulogne-Billancourt, sur 23 requêrants contre le P.L.U. (modifié) 2013 de Boulogne-Billancourt, ont renoncé à leur courageux combat. Ils ont avalisé le fait que, durant la médiation - qui suspendait le cours de la justice - des terrains ont été vendus et des permis de construire accordés en l'absence d'évaluation environnementale et d'étude de sécurité et alors que le P.L.U. de 2018 n'était pas encore voté.

C'est pourquoi ( fort opportunément,) les riverains du Collectif Vue sur l'Île Seguin ont charge Me Corinne Lepage d'intenter en leur nom un recours contre ce nouveau P.L.U. 2018 qui représente les mêmes failles que celui de 2011 - annulé en 2013 - et que les modificatifs de ceux de 2013 et 2015.

En 2019, un tsunami de béton (230 000 m2  de plancher sans aucun logement incluant une tour de 96 m NGF de hauteur) menace l'Île Seguin d'axphyxie défigurant l'un des plus beaux méandres de la Seine et détruisant à jamais un îlot de fraicheur de neuf hectares pourtant vital pour les générations fututres d'Île de France.

Projet spéculatif envisagé par des promoteurs sur les 7 hectares restants de l'Ile Seguin, projet dépassé du XXe siècle. Projet mort-né ?

Faisons ensemble de l'Île Seguin, une ILE VERTE ! lire le projet alternatif

1er mai 2019 :

 Recours administratifs biodégradables, saisie de la cour appel Versailles

Après sa victoire juridique de juillet 2013, le Collectif "Vue sur Ile Seguin" aurait-il dû envisager de retirer ses solides recours administratifs de 2014 et de 2016 devant le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise ? Devait-il le faire en échange de...rien ?

En 2018, au terme d'une médiation n'offrant aucune garantie de préservation de l'île verte, le Collectif a refusé de renoncer à attaquer le plan local d'urbanisme de Boulogne-Billancourt validant l'écocide de l'îlot de fraîcheur vital - déjà tenté en vain par les bétonneurs en 2011, 2013 et 2015. lire ci-dessou

Durant ces années, le Collectif a toujours affirmé avec cohérence sa même position de respect du droit et de défense de l'environnement.

Pourtant au début de l'année 2019, à l'insu du Collectif, un qui pro quo administrativo-numérique a bien failli expédier à la broyeuse les recours contentieux de 2014 et de 2016 en les rendant biodégradables.

Evidemment, le Collectif "Vue sur l'île Seguin" a réagi aussitôt en saisissant la Cour d'Appel de Versailles avec le cabinet HUGLOLEPAGE, pour que soit réaffirmé très officiellement que le droit administratif français protecteur d'un environnement, ô combien précieux pour l'homme, est toujours en vigueur même en Ile-de-France.

Cette dernière péripétie risque de ralentir encore le jugement des recours de 2014, de 2016, tout à l'inverse de la volonté du Collectif.

Encore une petite question : 

En 2019, si la Justice n'a pas les moyens de tourner aussi vite que les toupies à béton, cela peut-il bénéficier à quelqu'un ?

 Cela risque-t il de nuire à l'Ile verte ?

Merci de faire connaître notre pétition sur vos réseaux.

 

17 octobre 2019 : La justice suit son cours....

L’Ile Seguin après la démolition des usines Renault  -   2005

L'île Seguin, ses rangées de peupliers, les premices d'un jardin, le calme avant le cauchemar.

Un jardin sur l'Ile Seguin....c'est possible !

Le collectif de riverains avec le soutien de plus de 47 000 signataires porte le projet d'implantation d'un centre Mondial de revitalisation de la planète avec ses ateliers du développement durable.

Ecrivez-nous : collectifvuesurileseguin@orange.fr pour soutenir notre action 

Nous vous invitons aussi à cliquer sur la page " avis des habitants" ....